hommages


Michael Bach Bachtischa

Le revenant
First Performance of  Michael Bach Bachtischa, "5 Pitches, 13 Notes" for Cello with Curved Bow,
dedicated to Daniel Charles, MANCA Festival, Nice, France 2005.

youtube link
QuickTime movie 2.7MB
À propos du concert du 7 novembre 2005 avec Michael Bach et Iegor Reznikoff





CIRM

Un dernier hommage
"Vice-Président du CIRM, il était aussi ce spécialiste incontesté de lfœuvre de John Cage. Philosophe et musicologue, il était surtout lfhomme de toutes les curiosités ; ses conseils vont nous manquer. Ses réflexions de fond sur les enjeux de la création musicale nous feront définitivement défaut."
(pdf - 160KB)


Carmen Pardo

DEL TIEMPO SUSPENDIDO A la memoria de Daniel Charles
(pdf - 176KB)
Mundoclasico.com
pdf version
photo : Carmen Pardo, Emanuel Dimas & Daniel Charles, Madrid, 2006.


Miguel Morey

DANIEL
(pdf - 68KB)
Lugar de Publicación: EXIT EXPRESS, Revista de Información y Debate sobre Arte Actual, nº 38, Madrid, Octubre de 2008.


Cfest un roman gothique ou une bibliothèque au Moyen-Age. Dehors la nuit, le vent, la pluie, dans lfombre de la pièce montent des fumées vers un plafond invisible. Sans doute il nfen nfest rien, souvenir métaphore : Daniel Charles donne son cours dfesthétique en dernière heure du vendredi soir à la faculté des lettres dfAix-en-Provence, et la salle nféchappe pas pour autant à la monotonie ordinaire des lieux. Sans doute non plus ne sommes-nous pas deux étudiants, mais tout un groupec Je maintiendrai au moins la fumée. En ces temps, fumer en cours est parfaitement admis. Daniel fume des Boyards Maïs, ces cigarettes qui rachètent leur haute teneur en nicotine par un mauvais tirage, et  freinent le tabagisme en augmentant le temps passé à les rallumer. A cet effet il sort régulièrement de ses poches des boîtes dfallumettes qufil empile sur le bureau en deux tas, et à chaque passage, comme soulignant, ponctuant sa parole, il  modifie les répartitions dans les tas, les angles. Nous regardons avidement ces boîtes comme autant dféléments de la pensée qui jouent ensemble, se frottent, se gauchissent, et cette délicatesse du geste qui accentue un angle, déplace un élément, cfest un enseignement tout de discrétion et dfefficacité, qui jamais ne narre ou ne représente mais se maintient dans lfacte dfindiquer, comme un chorégraphe qui nous pousse dans la danse.

Sim Delval


Francis Schwartz

Kinda' Cagey-y 2 :
en memoriam Daniel Charles


Le Maitre Francis avec ses muses Leymis et Rachael  dans la création de "Kinda' Cagey-y 2 : en memoriam Daniel Charles" au Theatre Historique Asolo, Sarasota (Florida) le 9 janvier 2009.






Penser avec Daniel Charles
Colloque international organisé les 4, 5 et 6 mai 2009
par Carole Talon-Hugon et Eveline Caduc
au Musée National Marc Chagall,
av. du Docteur Ménard, Nice, France.


avec le soutien de :

LfUniversité de Nice-Sophia Antipolis
Et le C.R.H.I. (Centre de recherche en Histoire des Idées),

LfUniversité Paris-I Sorbonne

Et lfUMR Esthétique des arts contemporains,

Le Musée Marc Chagall (directeur : Maurice Fréchuret)


Wed, 19 Aug 2009 - 13:10:32 +0200
Bonjour,
 
Je viens à peine dfapprendre par un ami avec qui jfai été à la fac de Nice le décès de votre père.
Je tenais à vous présenter mes sincères condoléances et à partager avec vous le plaisir qui a été le mien dfavoir Mr Charles comme professeur.
 
Il avait ce don rare dfenrichir ses étudiants par ses cours mais également sa simple présence. Une évolution intellectuelle certes, mais aussi et surtout spirituelle. Et de fait humaine.
Ces enseignements ressemblaient, à mon avis, à des enseignements zen ou bouddhistes. Depuis, grâce à cette rencontre, je me suis intéressée aux philosophies orientales, suivant quelques cours de maîtres zen et bouddhistes. Et vraiment je retiens de mes heureuses heures de cours avec votre père cette sensation. Certaines de ses phrases avaient cette saveur spirituelle, qui vous habite longtemps et vous aide à évoluer. On sortait de ses cours, chargé de potentialités qui décantaient en nous pour enfin surgir comme de petites révélations. Il mfa ouverte à la non-dualité, concept des plus abscons pour les jeunes occidentaux, férus de philosophie, que nous étions. Une invitation par sa voix douce et son sourire sincère vers un monde qui nous était étranger et que grâce à lui jfai pu visiter, ou pour le moins, à ce jour, légèrement aborder.
 
Ce fut vraiment une rencontre inoubliable qui a participé à mon élaboration personnelle.
 
Voilà pourquoi je me permets de vous adresser ces quelques mots, espérant ne pas vous avoir dérangé, et à travers vous le remercier à retardement.
 
Très cordialement.
 
Karine Soum -
http://www.meganimo.com


2012, Apr. 13 - 6:42:49:JST

J'étais un élève à la Sorbonne pendant les années soixante-dix et quatre-vingt. Les cours avec Daniel Charles étaient pour moi et mes amis le sommet de nos études pendant cette période. Avec ses passions infinies, il a ouvert des chemins que je n'ai jamais arrêté de poursuivre depuis cette époque-là.  Personne ne pourrait oublier ses cours scintillants sur la pensée heideggerienne, la musique de John Cage, et ses propres réflexions sur beaucoup d'autres phénoménologues.  Dès mon retour aux Etats-Unis, j'étais un professeur et ses cours continuaient d'avoir une grande influence sur mes étudiants américains. Quand j'ai découvert la conférence audio et j'ai écoute Daniel Charles participer à un entretien, j'ai commencé à pleurer. De toutes les influences intellectuelles que j'ai reçues dans ma vie, la voix de Daniel Charles était certainement une des plus importantes et de laquelle je suis le plus reconnaissant.

Gregory Rhodes